Les trois vies du Dr. R. A. Reiss : conférences, balade policière, exposition photo


Vous aimez les séries du type Les Experts ? La recherche d’indices vous passionne ? Alors, retenez le nom de celui par qui tout a commencé !


Si les experts, les criminologues et la police peuvent lire les indices sur une scène de crime aujourd’hui, c’est à un Lausannois d’adoption qu’ils le doivent : Rodolphe Archibald Reiss (1875 – 1929).
Quand celui qui se prénomme encore Rudolf quitte sa Forêt-Noire natale pour s’établir en 1893 à Lausanne, il ne se doute pas qu’il vient d’ouvrir la page qui marquera le début de sa deuxième vie. Celle de l’étudiant chimiste, membre de la société d’étudiants Stella Valdensis, qui nourrit une passion : la photographie. Son doctorat en poche, il se démène pour faire valider son idée que la photographie, considérée tout au plus comme un passe-temps artistique en 1900, puisse faire son entrée sur une autre scène : celle du crime.
Multipliant les contacts, les initiatives, les propositions, Reiss remue ciel et terre pour faire accepter l’idée qu’une photo qui fixe les traces, les indices, les cadavres et les crimes, saura être l’arme fatale, neutre et fiable pour apporter la preuve ultime qui confondra l’auteur d’une atrocité.
Aussi, en 1909, il pose les fondements de ce qui va devenir l’Ecole des sciences criminelles d’aujourd’hui, une nouvelle entité au sein de la toute jeune Université de Lausanne. Attirant des étudiants et les curieux de la discipline du monde entier, il en devient une sommité respectée.
En 1914, naturalisé suisse, auréolé de gloire et de reconnaissance, il referme subitement cette page de son histoire pour en ouvrir une autre : la guerre vient d’éclater et Reiss veut se rendre utile. Il travaille un temps en tant que 007 helvétique, mais ce n’est pas assez pour cet assoiffé de droit et de justice.
L’appel des autorités serbes tombe à point nommé. Celles-ci requièrent les services de l’éminent spécialiste pour y voir clair dans les exactions commises par les ennemis de la Serbie. Reiss, sans famille et sans attache particulière, quitte sa maison de Pully, son institut et le monde académique cossu pour devenir enquêteur et frère d’armes dans ce qui va devenir sa troisième vie…
Envie d’en savoir plus ? Le 30 septembre 2017, Stella Valdensis rend hommage à l’un de ses membres les plus illustres en organisant plusieurs activités autour de la personnalité de Reiss à la maison de Stella :

  • 09:30 Accueil (Maison de Stella, Av. J.-J. Mercier 5 – 1003 Lausanne)
  • 09:45 Bienvenue et introduction (genèse du projet) – P. Maurer v/o Séraphin! Praeses VS & F. Chambettaz v/o Ci-née!
  • 10:00 Rodolphe Archibald Reiss v/o Éprouvette par Chambettaz v/o Ci-née! & G. Curchod v/o Panasonic!
  • 10:30 Le canton de Vaud et la Suisse entre 1900 et 1914 – O. Meuwly
  • 10:45 Lausanne à la Belle Époque – F. Sardet
  • 11:00 Rodolphe Archibald Reiss : une vie, une oeuvre – E. Sapin
  • 11:15 Le regard de Reiss : son apport à l’art de la photographie – I. Montani
  • 11:30 Reiss criminaliste : retour sur des cas marquants – Ch. Champod
  • 11:45 La Lumière : une villa signée Monod & Laverrière pour le Dr. Reiss – Guillaume Curchod v/o Panasonic!
  • 12:00 Discussion
  • 12:30 Vernissage de l’exposition des travaux photographiques de Reiss
  • 13:00 Pause / repas
  • 14:15 Balade policière « Sur le traces de Traclette » (Marius Augsburger – enquêteur en chef au service de Reiss) – Vincent Delay & Nicolas Regamey
  • 15:30 Retour à la maison de Stella – apéritif 17:00 Fin de la manifestation


Programme provisoire sujet à modification !
Entrée libre, réservation obligatoire à l’adresse mail : r.a.reiss@hotmail.com Merci d’indiquer les noms et prénoms des participants

 

Événement facebook : https://www.facebook.com/events/1379544522093907/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :